Veillée d’armes (Tribune de José Nawej)

Veillée d’armes (Tribune de José Nawej)

Veillée d’armes (Tribune de José Nawej)

Ça sent la veillée d’armes dans tous les états- majors. Martin Fayulu en appelle à un « front patriotique » pour des actions contre la « dictature fatshiste ». A en juger par la double mobilisation réussie-meeting Place Sainte Thérèse et marche sur les terres de l’UDPS-, on ne peut pas dire que le leader de l’Ecidé et porte-étendard de Lamuka soit un général sans troupes. Et que l’appel du 19 octobre 2021 soit sans lendemain.

De fait, ceux qui avaient prédit une bérézina ou, pire, un Waterloo pour celui qui s’appelle « soldat » du peuple en ont eu pour leur pari. La marche sur Limete avait tout d’Austerlitz. Un triomphe qui donne du crédit à l’annonce de Fayulu.

S’il ne cache plus sa déception face à une plateforme dont il est encore membre, Moïse Katumbi est très attendu sur le « que faire ? » Fort de ses divisions à l’Assemblée nationale, de sa notoriété dans le pays réel et de ses entrées dans l’univers des décideurs de la marche du monde, le Chairman est à la croisée des chemins. Cette heure du choix vaut bien la veillée d’armes observée chez les Katumbistes.

Le Pape, combien de divisions ? Cette interrogation, un tantinet ironique de Joseph Staline – dirigeant soviétique – ne saurait s’appliquer aux laïcs catholiques et protestants. Le CALCC et le MILAPRO passant pour des vitrines « séculières » respectives du clergé catholique et de la hiérarchie protestante. Ces deux centrales de laïcs de deux « Eglises-institutions » du pays devraient annoncer, ce mercredi, une série d’actions pour une CENI « réellement indépendante » .

Pas donc besoin d’une révélation …divine pour lire l’onction de l’épiscopat catholique sur le front du CALCC. Pas la peine non plus d’organiser des séances de « jeûne et prière » pour subodorer que le MILAPRO n’agit guère en brebis sans berger.

Sans être dans le secret des dieux, les actions attendues ne tomberaient pas du Ciel. Les habitués des arcanes des Laïcs catholiques croient savoir déjà à quoi s’attendre. Pas exclu que Kinshasa revive des processions des marcheurs-prieurs. Et au nom de « tout le monde est laïc », ces marches s’avèrent à très large spectre.

Férus d’actions de rue, des activistes de mouvements citoyens non solubles dans l’alchimie politique au pouvoir, ne se feraient pas prier pour grossir les rangs de manifestants. Sevrés d’impérium, les hiérarques de la kabilie en savent quelque chose. A leurs dépens.

De plus, les deux églises disposant d’un maillage territorial à nul autre pareil , les cloches des églises kinoises retentiront sans doute jusque dans le pays profond.

Sans souhaiter une guérilla confessionnelle, on verrait difficilement les six confessions religieuses qui jurent par Denis Kadima, battre facilement en retraite. Eux qui, caricaturés comme « régimistes » devant l’Eternel, sont en passe de gagner leur pari.

Reste aussi à savoir comment les formations politiques au pouvoir, en commençant par leur locomotive -UDPS-vont réagir. Coutumier du fait, le parti tshisekediste bat d’autant plus facilement le rappel des troupes que ces dernières sont toujours en état d’alerte à la Permanence comme sur les principaux carrefours de Kinshasa.

Pour sûr, tous les états-majors sont en mode branle- bas de combat. Qui dégainera le premier ?

José NAWEJ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *