Tshopo : le gouverneur a.i annonce un programme d’aménagement de la place des martyrs à Kisangani.

Tshopo : le gouverneur a.i annonce un programme d’aménagement de la place des martyrs à Kisangani.

Tshopo : le gouverneur a.i annonce un programme d’aménagement de la place des martyrs à Kisangani.

Le 4 janvier est depuis longtemps un jour férié en République démocratique du Congo,. Il est connu sous le nom de journée des martyrs. Les événements marquent la radicalisation du mouvement pour l’indépendance et sonnent le glas du contrôle belge au Congo.

A Kisangani, chef-lieu de la province de la Tshopo, le cérémonial est resté le même. C’est le traditionnel dépôt de gerbe des fleurs à la place dite des martyrs en plein centre ville par le gouverneur de Province. Un lieu hautement symbolique où furent assassinés plusieurs compatriotes par les Mulelistes.

Occasion pour le gouverneur intérimaire de la province de la Tshopo d’annoncer un vieux programme de la valorisation de ce site.


« …Nous avions commencé avec le rond-point du canon que nous avons restauré pour qu’il puisse retrouver ses valeurs historiques. Il en est de même pour la place des martyrs. Il y avait déjà un programme là-dessus pour essayer d’aménager ce site et de traduire fidèlement ce qui s’était passé réellement ici », précise Maurice Abibu Sakapela.

Pour cette autorité provinciale, il n’existe la place des martyrs que dans la ville de Kisangani sur toute l’étendue du territoire national, ce qui explique que plusieurs compatriotes ont été tués en cet endroit. Et pour ce faire, le gouverneur intérimaire de la province de la Tshopo dit garder une pensée pieuse en mémoire de ceux qui ont été exécutés en ce lieu.

Le Gouverneur a.i déposant une gerbe des fleurs à la place des martyrs.

La date du 4 janvier rappelle la journée du 4 janvier 1959, jour où des émeutes ont éclaté à Kinshasa en pleine colonisation belge. Cette date marque aussi le début des grandes revendications congolaises, qui déboucheront à l’indépendance de la République démocratique du Congo le 30 juin 1960.
Même si les statistiques de ces émeutes ne sont jamais connues, certaines estimations font état de près de cent morts.

Jean-Claude Fundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *