Tshopo : le conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord, victime d'un acharnement ?

Tshopo : le conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord, victime d’un acharnement ?

Tshopo : le conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord, victime d’un acharnement ?

Contrairement à l’article publié ce vendredi 27 août aux premières heures par la rfmtv-kis.net portant suspension du conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord, le document parvenu à notre rédaction serait un faux.

Dans un communiqué signé ce même vendredi par l’assistant en communication et porte-parole du gouverneur de la province de la Tshopo, ce dernier dément formellement cette information et parle d’un faux document qui circule dans les réseaux sociaux.

« Le bureau de l’assistant en communication et porte-parole de son excellence Monsieur le gouverneur de la province de la Tshopo tient à fixer l’opinion que le document portant suspension du conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord, Monsieur Bruno Likombe Wa Sombo, qui circule dans les réseaux sociaux, depuis ce matin du 27 août est un faux, alors un faux et n’engage que leurs auteurs », stipule le communiqué.

Grégoire Ngubu Isaula Sammy souligne que la suspension d’un cadre de l’administration publique requiert une procédure légale et régulière connue de tous. Il indique par ailleurs que le gouverneur de province dispose non seulement des canaux officiels, mais aussi d’un service de communication compétent pour parvenir à l’opinion les grandes décisions par lui prises.

Extrait du communiqué du Porte Parole du Gouverneur

Pour ce cas précis, l’assistant en communication de l’autorité provinciale précise que ce document en circulation n’est que le fruit de l’imagination de ceux qui l’ont publié dans les réseaux sociaux avec l’intention de nuire et de saper l’honneur du conservateur des titres immobiliers Kisangani Nord. Il promet, cependant, de recourir à des voies légales pour dénicher ce réseau de déstabilisation et ces officines politiques du mal et de montage des faux.

Jean-Claude Fundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *