Le Général Defao tire sa révérence.

Le Général Defao tire sa révérence.

Le Général Defao tire sa révérence.

Les congolais se réveillent ce matin du mardi 28 décembre 2021 avec une très mauvaise nouvelle. Le Général Defao n’est plus. Il a rendu l’âme dans un hôpital de Douala, au Cameroun. Selon certaines sources, le Général Defao a succombé suite à un diabète qu’il trainaît depuis plusieurs années. C’est sur un lit de l’hôpital Laquintinie de Douala que cet artiste de 62 ans a poussé son dernier souffle le lundi 27 décembre.

Né le 31 décembre 1958 à Kinshasa, Lulendo Matumona, alias Defao, débute dans la chanson en 1976, dans des petits groupes d’un quartier populeux de Kinshasa en marchant sur les pas de ses modèles Papa Wemba, N’Yoka Longo, Gina Efonge et Evoloko, mais s’identifie le plus, du côté chant, à Tabu Ley Rochereau. La consécration arrive pour lui, cinq ans plus tard quand il intègre le Grand Zaïko Wawa  de Félix Manuaku en 1981. Les congolais découvrent un jeune chanteur élégant et très bon danseur.

En 1983, il fait son entrée dans le Choc Stars. Il asseoit sa popularité par de fréquentes apparitions à la télévision. En 1991, il crée son propre groupe, le Big Stars, comme pour s’assigner un objectif : devenir une grande star africaine. Au cours des années 1990, il est reconnu comme artiste solo dans la même ligne que Papa Wemba, Koffi Olomidé, Bozi Boziana et King Kester Emeneya. Ses chansons sont classiquement structurées dans la moule rumba-sébène en deux parties, et ses animations de danse sont éminemment sympathiques, sans être ouvertement prévisibles et fantaisistes. Defao n’était sans nul doute pas l’une des meilleures voix du Congo, mais il était sans aucun doute le meilleur danseur de toutes les grandes voix congolaises.

L’une des meilleurs voix de la musique congolais s’en est allée auprès du Père.

La Rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *