Kisangani : 14 présumés malfrats présentés à la presse

Kisangani : 14 présumés malfrats présentés à la presse

Kisangani : 14 présumés malfrats présentés à la presse

Depuis un certain temps, la ville de Kisangani fait face à une insécurité grandissante qui ne dit pas son nom. celle-ci passe par plusieurs cas d’extorsion mais aussi des tueries dont le dernier cas demeure le fusillade d’un médecin dentiste.

Assumant leur rôle régalien celui de protéger la population et leurs biens, les forces armées de la RDC 31eme région ont mis la main sur des présumés bandits qui sèment la terreur au sein de la population.

A en croire le lieutenant colonel Paul Kawaya porte-parole de la 31eme région militaire, ses présumés malfrats sont constitués de deux groupes.

Le premier groupe regorge 9 faussoyeurs complices des voleurs des motos.


« …il y a des groupes de personnes qui tracassent, ravissent et tuent les motards et même aujourd’hui ça s’est passé à Kabondo cette nuit où on a tiré sur un motard. Ces personnes que vous voyez sont des ennemis de la paix. Ce sont eux qui tuent, arrachent les motos et à la fin fabriquent des fausses factures afin de vendre les motos volées », explique le porte-parole des FARDC au sein de la 31eme région militaire.

Preuve à l’appui, 6 motos volées par ses présumés malfrats ont été présentées à la presse ainsi que des fausses factures dont ils font usage pour vendre les biens volés. Le lieutenant colonel Paul Kawaya affirme par ailleurs que jusqu’à présent les motos volées ne sont jamais réclamées par leurs propriétaires, ce qui prouve selon ses dires que ces derniers ont été tués.

Le deuxième groupe des présumés malfrats est constitué de 5 personnes dont deux mineurs. Ils sont accusées d’avoir créé des troubles en extrorquant téléphones et argent au deuil du médecin dentiste tué il y a presque une semaine.

Comme précise le porte-parole de l’armée dans la Tshopo, ces présumés hors la loi seront présentés devant leurs juges naturels pour instruction de leurs dossiers au cas par cas.

Jean-Claude Fundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *