Justice : Quand l’esprit de Rossy Mukendi Tshimanga hante les vivants, des têtes tombent.

Justice : Quand l’esprit de Rossy Mukendi Tshimanga hante les vivants, des têtes tombent.

Justice : Quand l’esprit de Rossy Mukendi Tshimanga hante les vivants, des têtes tombent.

Condamnation à perpétuité de la Commissaire supérieure adjointe, Carine Lokeso, sa déchéance ainsi que sa radiation de la Police Nationale Congolaise, c’est la décision de la justice militaire qui est tombée le lundi 10 janvier 2022, lors de son audience foraine tenue à la prison militaire de Ndolo, à Kinshasa. C’est donc la fin de ce long procès qui reconnaît coupable cette commissaire supérieure adjointe de meurtre et de violation de consignes militaires. Carine Lokeso, selon la lecture de l’acte final de condamnation, avait confié à son garde du corps une arme de type AK47 chargée d’une trentaine de munitions létales et celui-ci en a fait usage. Un de ses gardes du corps, Koumbo Tokis, a été condamné à la servitude pénale. Franco Bivuala, l’autre garde du corps, celui qui aurait appuyé sur la gâchette, reste toujours en cavale.    

Assistant d’enseignement à l’UPN, Université Pédagogique de Kinshasa, et initiateur du Collectif 26, Rossy Mukendi Tshimanga, fut tué lors d’une manifestation pacifique du CLC, Comité Laïc de Coordination. C’était le dimanche 25 février 2018 dans l’enceinte de la paroisse Saint Christophe de Lemba. Le CLC réclamait l’alternance au sommet de l’Etat par le départ de Joseph Kabila et la tenue des élections libre, transparentes et démocratiques.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *