ESU : "il revient à chacun de mettre en pratique les résolutions des états généraux" (Pr Trésor-Grison Kakumbi).

ESU : « il revient à chacun de mettre en pratique les résolutions des états généraux » (Pr Trésor-Grison Kakumbi).

ESU : « il revient à chacun de mettre en pratique les résolutions des états généraux » (Pr Trésor-Grison Kakumbi).

Après les assises des états généraux de l’Eenseignement Supérieur et Universitaire tenues à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, l’heure est à la restitution et à la mise en œuvre des recommandations. Au cours d’une conférence de presse co-animée avec le recteur de l’Université de Kisangani, Professeur docteur Trésor-Grison Kakumbi et représentant de l’université de Kisangani à ses assises, invite la crème intellectuelle de toutes les institutions de l’ESU à la vulgarisation de plus de 300 recommandations issues de cette rencontre de haute portée. Pour lui, la mise en œuvre des résolutions et recommandations ne sont pas l’apanage du ministre de l’enseignement supérieur et Universitaire.

« D’aucuns pensent que seul le ministre de l’ESU ou président de la République est appelé à les mettre en pratique. Je voulais préciser que ses résolutions s’adressent à différents niveaux. Il y a des résolutions qui s’adressent au gouvernement, d’autres au ministre de tutelle, d’autres aux comités de gestion et d’autres encore au corps enseignant que nous sommes et pourquoi pas d’autres aux étudiants », précise Professeur Trésor-Grison Kakumbi.

Et d’ajouter, qu’il revient à chacun en ce qui le concerne, de se mobiliser là où il est pour qu’il mette en pratique les différentes résolutions et recommandations des états généraux de l’ESU.

S’agissant des recommandations adressées au ministre de l’ESU Muhindo Nzangi, le délégué de la Tshopo aux états généraux de l’ESU parle de la mise en oeuvre de certaines d’entre elles, notamment l’interdiction de fonctionnement des extensions de certaines institutions privées telle que le CEPROMAD.

Pour le Professeur Trésor-Grison Kakumbi, il y a l’impérieuse nécessité de vulgariser les résolutions et recommandations de ses assises à la communauté universitaire à tous les niveaux afin de mettre celles-ci en pratique.

Afin d’arriver aux 329 résolutions et recommandations issues de ses assises, les états généraux avaient été éclaté en 7 pannels des experts. Il s’agissait de pannels de gouvernance et gestion des institutions de l’ESU, de diagnostic de l’ESU, la cartographie de l’ESU pour ne citer que ceux-là.

Pour rappel, il s’est tenu du 10 au 14 septembre à Lubumbashi dans le Haut-Katanga, les états généraux de l’enseignement supérieur et Universitaire. Cette rencontre de haute facture avait réuni les représentants de corps scientifiques de toutes les provinces de la RDC et des experts. Ses assises avaient pour but de relever les maux qui rongent le secteur de l’enseignement supérieur en proposant des remèdes.

Jean-Claude Fund

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *