Budget et état de siège : le compte n’y est pas encore ! (Tribune de José Nawej)

Budget et état de siège : le compte n’y est pas encore ! (Tribune de José Nawej)

Budget et état de siège : le compte n’y est pas encore ! (Tribune de José Nawej)

A Kinshasa et son hinterland, le mois de novembre est particulièrement pluvieux. A la flotte…naturelle s’ajoute la pluie de millions et milliards de dollars qui s’abat sur le pays. De retour de sa énième tournée à travers le vaste monde, « notre Fatshi national » a égrené le chapelet de milliards USD que ses voyages rapportent aux Congolais. Pour moins de 50 millions de dollars dépensés pour les déplacements présidentiels, le pays a engrangé 1, 5 milliards de dollars ! Une reddition des comptes qui se passe de tout commentaire. Après tout, les bons comptes font de bons amis.

Les Congolais ne s’étaient pas encore remis de cette bonne nouvelle qu’une autre leur est servie sur un plateau d’argent. Mieux, un plateau d’or. 10 milliards USD comme projet de budget 2022 ! Un budget à » deux chiffres » en dollars. Une première ! Le compte est bon.

Reste à savoir si le Congolais lambda va enfin trouver son compte. Lui qui a appris, à ses dépens, à ne pas s’en laisser conter. Tellement, les chiffres qu’il entend sonnent dans ses oreilles comme des comptes d’apothicaire. Alors, croyant autant par vocation que par nécessité, il ne compte plus que sur la Providence. Normal dans ces conditions que l’on peine à compter le nombre de fidèles qui se dépensent sans compter pour fréquenter assidûment les églises.

Tout aussi fastidieux est devenu le comptage des jours de l’état de siège en Ituri et au Nord-Kivu. Seuls les parlementaires arrivent encore à compter. Eux qui, sans compter leurs collègues de deux provinces concernées, sont chargés de proroger ce provisoire qui dure.

Ces élus de l’Est auxquels la population locale demande des comptes. Lasse qu’elle est d’entendre des comptes rendus officiels qui, à leurs yeux, ne tiennent pas suffisamment compte de la réalité sur le terrain. Avec le risque qu’aux élections prochaines, les électeurs règlent des comptes à leurs mandants. Pour Kinshasa, s’indignent les parlementaires de la partie orientale du pays, seule la lecture des officiels compte.

Se rendant compte de la » colère » des députés de l’Ituri et du Nord Kivu, le Président les a reçus. Qu’est ce qui va changer ? Le compte à rebours va-t-il enfin commencer pour l’état de siège ? L’heure des comptes a-t-il sonné pour les officiels militaires ? Rien de tel ne filtre ni ne fuite. Même pas au compte-gouttes.

En un mot comme en mille, bien malin qui pourra prédire que le Congolais trouvera son compte dans l’état de siège. Comme dans le budget 2022.

José NAWEJ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *